Vous êtes ici : AccueilCarrièresTémoignagesTémoignage de Morgane Pace

Témoignage de Morgane Pace

Morgane Pace, parcours Juriste-Linguiste à l'ISIT et stagiaire à la Cour de Justice de l'Union Européenne

1. Quelle est votre fonction ?

J'ai effectué un stage à la Cour de Justice de l'Union Européenne.

2. Quel a été votre parcours universitaire et professionnel ?

J’ai fait une hypokhâgne après un bac L européen, puis je me suis dirigée vers la formation juriste-linguiste proposée par l’ISIT et la faculté Jean Monnet de Sceaux. Actuellement, je suis en Erasmus à Vienne et je fais en parallèle un master à Sciences Po Grenoble, ainsi qu’un stage à l’Ambassade de France à Vienne.

3. En quoi consiste votre métier (tâches occasionnelles, récurrentes, etc.) ? Collaborez-vous, régulièrement ou non, avec d’autres services ? Si oui, lesquels ?

Mes tâches consistaient à traduire des textes dans les différentes langues que je pratique (anglais, allemand, français). Il s’agissait de documents juridiques assez techniques. Les relations avec les autres services étaient excellentes. Je pouvais sans soucis me tourner vers mes collègues pour poser des questions. J’avais également pour mission d’en apprendre davantage sur la vie de l’institution, et de me rendre à des audiences, etc…

4. Quelle est votre journée type ?

Je devais être présente de 08h à 17h (selon mon propre choix), avec une pause entre midi et deux. Mon lieu de travail était la Direction générale de la traduction française, qui se situe dans une annexe des Tours.  

5. Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre métier ? Pourquoi ?

Le fait de pouvoir travailler seule (appliquer mes connaissances, ma façon personnelle de traduire) mais d’être également en contact permanent avec des collègues qui pouvaient m’aider m’a énormément plu. Par ailleurs, ces collègues ont tous des parcours très enrichissants, on en apprend beaucoup !  La Cour de Justice est l’endroit par excellence pour rencontrer des personnes de milieux différents, de parcours différents, qui parlent chacun beaucoup de langues. C’est très vivant ! Les conditions de travail étaient juste idéales.

6. Qu’est-ce qui vous déplaît ? Pour quelle raison ?

Le travail peut être assez répétitif. J’ai eu pour ma part la chance d’avoir des traductions très intéressantes sur des sujets actuels, mais il est possible d’avoir des traductions beaucoup plus techniques, qui peuvent devenir vite un casse-tête lorsque le vocabulaire employé est précis.

7. Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite exercer ce métier ? Quelles sont les compétences à consolider et à mobiliser ?

Je pense qu’il faut consolider ses connaissances en langues étrangères, et se tourner vers des langues peu pratiquées encore (les langues slaves, le danois, le finnois...). Pour ce métier en particulier il faut également un bon bagage juridique !

 

 

Go to top